Conformité des licences Oracle : Ensembles de règles pris en charge

La tâche de mise à jour des données transfère toutes les données relatives aux périphériques et à l’utilisation d’Oracle vers le Snow License Manager à 21h (par défaut). Le matin suivant à 7h, Oracle Service met à jour la topologie de l’environnement Oracle.[2].

Oracle Service définit les exigences de licence pour le logiciel Database et le Middleware Oracle sur les clusters et les ordinateurs inventoriés, en mettant à jour les calculs de conformité des licences à l’aide de deux métriques : Processeurs et nombre minimum de Named User Plus [3]

Note

Le recalcul de la conformité pour un environnement Oracle peut être un processus long et est actuellement disponible pour les administrateurs. Pour recalculer la conformité de votre environnement Oracle, sélectionnez Recalculer la conformité Oracle dans le menu déroulant sous votre nom d’utilisateur.

SLM933-recalculate_compliance.png

Les ensembles de règles de calcul d’exigence de licence Oracle actuellement couverts sont :

  • Oracle Products Standard Edition et tout serveur de virtualisation/physique (sur site)

  • Oracle Products Enterprise Edition sur les serveurs physiques (pas de virtualisation, sur site)

  • Oracle Products Enterprise Edition sur partitionnement « Soft »[4] Environnements sur site (également appelé Support pour le partitionnement « Soft »)

    • Dans les scénarios de partitionnement « Soft », Oracle ne vous permet pas d‘octroyer une licence aux ressources affectées à une machine virtuelle ; vous devez octroyer une licence à l’ensemble de l’infrastructure physique. Cela se produit généralement dans les environnements VMware dans un datacenter/cluster.

    • Cet ensemble de règles calcule l’exigence de licence pour ces produits en fonction du nombre de processeurs dans tous les hôtes combinés.

  • Oracle Products Enterprise Edition dans les environnements sur site IBM AIX LPAR (appelé également Support pour le partitionnement « hard » IBM)

    • Au lieu d’octroyer une licence à l’ensemble du serveur, Oracle permet le regroupement des ressources serveur en partitions logiques (LPAR), avec une LPAR affectée à une machine virtuelle, par exemple. Ce concept s’appelle le partitionnement « Hard », qui est pris en charge par les LPAR sur les serveurs IBM AIX.

    • Cet ensemble de règles peut prendre en compte la plupart des points de données nécessaires pour les LPAR, en utilisant ces informations pour calculer précisément ces environnements de partitionnement « Hard » afin de prendre en charge la majorité des scénarios.




[2] La topologie de l’environnement Oracle définit la relation entre les datacenters/clusters et les ordinateurs (machines virtuelles et serveurs hôtes physiques).

[3] Le nombre d’utilisateurs dans l’environnement Oracle ne peut pas encore être inventorié ou ajouté manuellement au système. Par conséquent, la métrique Named User Plus est uniquement prise en charge en tant que nombre minimum de Named User Plus par processeur..

[4] Comme défini dans la Politique de partitionnement Oracle, le partitionnement signifie que les processeurs serveur sont séparés, avec chaque section se comportant comme si elle était un système individuel.